DIY masque barrière pour débutant selon le patron AFNOR

“Si nous avons accès à des masques, nous encourageons effectivement le grand public, s’il le souhaite, à en porter”… une phrase tirée d’une des dernières allocutions du directeur général de la santé. À S+3 de confinement, le discours a bien changé quant à l’utilité de porter oui ou non, un masque barrière et j’ai l’impression que plus les jours passent, plus la tendance du port de celui-ci, va se banaliser à chacun de nos déplacements. Je me suis donc lancée, en ce début de semaine, dans la réalisation de mes propres masques barrière, car vous vous en doutez, chaque masque disponible sur le marché, doit être avant tout dédié aux personnels de santé et tous les travailleurs qui peuvent être en contact avec le virus.

Depuis le début de l’année, je possède une machine à coudre électronique FUTURA 200 de Singer et dans un précédent article, je vous parlais de mon envie de développer une nouvelle compétence dans la couture étant complètement novice. Jusqu’à janvier 2020, je n’avais jamais utilisé une machine de ma vie, alors me lancer dans la confection de masques sans maîtrise de la couture, était un petit challenge à relever. Depuis que je l’ai, j’ai surtout réalisé des lignes de couture, j’ai appris à l’installer, bref je me suis entraînée mais sans réaliser de projets concrets.

Alors si vous êtes débutante en couture, ce petit DIY simplifié, pour vous montrer les étapes de réalisation devrait vous intéresser, sachant qu’il s’agit d’un masque barrière réutilisable à partir du patron AFNOR.

ÉTAPE 1  Le matériel

Le cahier des charges AFNOR, propose deux types de masques barrière (bec de canard et à plis), j’ai opté pour la seconde option, car je le trouve plus simple à réaliser. Je vous invite d’ailleurs avant de démarrer, de lire ce fameux document, source d’informations utiles, que vous pouvez retrouver ici. Pensez à imprimer ce patron, ce sera bien plus simple pour garder en tête les mesures et le pliage.

À la maison, nous n’avons pas forcément le matériel nécessaire et je ne me voyais pas passer une commande pour cela. J’ai donc été cherchée dans mes placards pour dégoter du tissu (de préférence en coton assez épais) et j’ai retrouvé dans un boîte, une sorte d’élastique pour vêtement que j’ai dû découper afin d’obtenir une largeur fine.

Au final, vous aurez besoin de :

  • 2 carrés de tissu en coton épais (qui ne laisse pas passer les rayons du soleil) de 20 cm,
  • 2 élastiques de 17 cm (ma taille) à 20 cm (taille standard). Il vaut mieux prévoir un peu plus large que trop court, vous pourrez toujours faire des noeuds pour ajuster,
  • 1 patron AFNOR (masque barrière à plis),
  • 1 craie blanche pour marquer les emplacements des plis sur le tissu,
  • 1 règle,
  • 1 paire de ciseaux (dans l’idéal pour tissu),
  • et biensûr d’une machine à coudre.

ÉTAPE 2 L’assemblage des deux carrés de tissu

Étant donné que nous allons coudre à l’endroit, il faut faire en sorte que le tissu ne s’effiloche pas. Après quelques petites recherches, j’ai cru comprendre qu’il fallait surfiler avec un point zigzag. J’ai donc opté pour le numéro 9 (le numéro 20 avait l’air aussi pas mal, j’essaierai celui la, la prochaine fois) de ma machine à coudre FUTURA 200 (l’aiguille va faire un mouvement de zigzag une fois à l’intérieur du tissu et une fois à l’extérieur du tissu, on emprisonne ainsi le bord). Après avoir sélectionné le numéro 9, j’ai réglé ma machine pour une largeur de point à 7 et une longueur de point serré à 2. Il faut commencer proche du bord, je dois vous avouer que c’est la première fois que je faisais ça. Quelques petits ratés mais dans l’ensemble, je m’en sors pas trop mal et j’ai mieux réussi mon second masque.

ÉTAPE 3 le pliage

À ce stade, je vous rassure, le plus compliqué pour moi a été l’étape 2. Vient le moment du pliage afin de former les plis selon le patron AFNOR. À  partir de chaque coin du carré de tissu, il suffira de marquer à la craie, 2 traits d’une distance de 2,5 cm (bien regarder le patron). Ensuite, pour l’exemple du coin en haut à gauche, il faut placer A1 sur A2 avec le plis sur l’axe de pliure (on forme ainsi 2 plis). Je viens sécuriser l’ensemble avec des épingles à nourrice (encore une fois, on se débrouille avec ce que l’on a).

La partie à ne pas manquer pour bien marquer les plis, un coup de fer à repasser

On en profite pour retourner le carré de tissu et marquer au fer, un ourlet d’1,2 cm (en haut et en bas), ce qui va nous permettre de placer les élastiques.

ÉTAPE 3 l’assemblage des élastiques

On arrive à l’avant dernière étape qui consiste à placer les élastiques. J’ai choisi une attache derrière les oreilles, mais vous pouvez aussi opter pour deux élastiques qui se positionnent à l’arrière de la tête. Je pense à reprogrammer ma machine à coudre, afin de repasser en point droit (j’opte pour le numéro 1 avec les réglages pré-enregistrés).

Il suffit de coude la bordure (à un peu moins d’1 cm du bord) avec une marche arrière pour consolider la couture, et ensuite coudre sur toute la longueur jusqu’à l’autre élastique (on oublie pas de positionner le deuxième élastique et remonter à la verticale avec une marche arrière).

ÉTAPE 5 la fixation des plis

Finalement pour cette dernière étape, il ne reste plus qu’à coudre sur la largeur du masque (aux deux extrémités) pour fixer les plis (à 1 cm du bord) avec toujours une marche arrière au début et à la fin pour consolider la couture. Il ne faut pas oublier de couper tous les fils qui dépassent !

Quelques petites précisions d’après les specficités AFNOR :

– Le masque doit couvrir le nez, la bouche et le menton.

– Une fois le masque installé, il ne faut plus le toucher (si vous le touchez, vous devez impérativement vous laver les mains).

– Ne jamais placer son masque, en attente sur le front ou le cou.

– N’utilisez pas d’agraphe.

– Privilégiez un tissu confortable, qui résiste au lavage et qui n’étouffe pas la peau (j’ai utilisé un tissu en coton qui permet aussi de respirer normalement lorsqu’on le porte).

– Au lavage, le masque doit résister à 5 cycles minimum (de 30 min minimum) à une température de 60 degrés. N’utilisez qu’une lessive traditionnelle (pas d’adoucissant et pas de détergent ou tout autre produit chimique dangereux). Pensez à placer votre masque dans un petit sac spécial machine pour le laver. Enfin, pour le séchage, il ne faut pas le laisser à l’air libre mais le placer dans un sèche-linge.

Ces masques barrière ne sont vraiment pas compliqués à réaliser et le plus important n’est pas l’esthétisme (les coutures n’ont pas besoin d’être parfaites), mais sa praticité et l’utilité avec le respect des spécificités du cahier des charges AFNOR (au passage, désolée par avance si je n’emploie pas les bons termes techniques de couture pour chaque étape). Ainsi, vous vous enlever une dépendance causée par l’absence de disponibilité de masques et en plus, en tout cas pour moi, je trouve cela plus rassurant de pouvoir sortir faire mes courses en protégeant mon visage un minimum. Débutants, à vos machines (un vidéo sera publié ce soir, sur mon compte Instagram en IGTV) !

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *