Blogueurs influenceurs, cet univers devenu impitoyable !

Il est très rare, sur le blog que je fasse des billets humeur. Je sais que c’est classique sur les autres blogs, mais comme vous avez pu le remarquer depuis que j’ai démarré Blush Avocado, je suis une blogueuse très (trop) discrète. Je préfère avant tout vous parler de choses positives et rester concentrée sur l’essentiel : vous apportez de l’informations utiles et vous proposer des découvertes, bons plans… Après tout, c’est la première chose que je recherche quand je lis un blog.

Au démarrage du blog, je n’avais aucun souci à me qualifier de blogueuse. Je me suis lancée dans cet univers, vraiment par hasard (pour être honnête, quand j’étais encore salariée, Youtube et les blogs étaient à des années lumières de mon quotidien, je l’avoue, j’aurai été incapable de vous citer un seul nom de blogueuse/youtubeuse). Pourquoi ai-je décidé de me lancer ? Parce que je suis partie vivre à l’étranger, je prévoyais de partir en voyage sur plusieurs mois et je cherchais une idée pour garder une trace tout en partageant avec mes proches (oui oui, je tenais un petit blog/carnet de voyage). C’est d’ailleurs ainsi que j’ai découvert les blogs voyages.

Finalement, je me suis découverte une passion, notamment pour la photo, tandis que l’écriture a toujours été quelque chose que j’aimais faire. Et puis, en regardant le marché du travail, je me suis rendue compte que le digital était un nouveau métier qui prenait de plus en plus d’envergure et en tant qu’ancien « marketeur », il était évident que je devais prendre le train en marche. Rien de mieux qu’un blog pour apprendre ce métier (je me rappelle des heures et des heures pour comprendre les rouages d’un site internet (le code, le css, le référence naturel, le design). C’est comme cela qu’est né, ensuite, Blush Avocado, l’envie d’associer mes centres d’intérêts et l’apprentissage du digital. Encore une fois, pour être honnête, je ne pensais pas que l’on pouvait en vivre (à cette époque ce n’était pas clairement exposé) et je me suis toujours dit que lorsque le moment serait venu de reprendre une activité professionnelle, le blog serait une belle carte de visite.

Quand je suis revenue vivre en région parisienne, j’ai commencé à découvrir les évènements blog, le rôle d’un attaché de presse et surtout rencontrer des blogueuses. J’étais complètement novice, je ne savais pas comme cela fonctionnait et ma foi, c’était plutôt sympa de discuter avec d’autres personnes faisant la même chose.

Sans le vouloir, je crois que j’ai crée le blog au bon moment, car il n’y avait pas autant de blogueuses, ce qui fait qu’il a grandi assez vite. Mais le gros coup de pouce a été sans conteste ma parution dans le magazine As You Like (dans le numéro 3), 4 pages toute de même sur Blush Avocado (après 8 mois d’existence), et là je suis rentrée dans une autre dimension. Les collaborations se sont multipliées, les agences de presse me contactaient et j’étais invitée à plus d’évènements. J’ai également vu mon compte Instagram grossir. Alors forcément, cela donne envie de se surpasser et de voir la suite. J’ai eu la chance de pouvoir m’y consacrer tout de suite à plein temps, car étant très perfectionniste, (vous n’imaginez pas le temps que je peux passer sur un article) et un rythme de 3 à 5 articles par semaine, j’ai des difficultés à l’imaginer (dans mon cas biensûr), avec une activité professionnelle à côté. Et puis, il y a moins d’un an, Blush Avocado est devenu mon métier.

Voilà un bref récapitulatif de l’évolution de Blush Avocado. Une grande fierté, une chance et l’épanouissement dans un projet que j’aime, seulement, avec le temps, beaucoup de choses ont changé. Avant, être qualifiée de blogueur ne me dérangeais pas du tout même si on ne comprenait pas ce que c’était (je prenais le temps d’expliquer en quoi consistait le blogging et toutes les jolies choses qu’il était possible de créer). En revanche d’un point de vue personnalité/codes à suivre, je n’ai pas su voulu m’adapter à l’évolution du « concept » (aujourd’hui, on est loin de ce que c’était, il y a trois ans). Comme je vous le disais plus haut, je suis quelqu’un de très discret, je ne partage que rarement ma vie privée. Je ne suis pas à l’aise avec les lives, avec Instastories, je ne fais quasiment pas de selfie (sur 1036 photos instagram, j’en ai posté un je crois), si je pars en voyage avec des blogueuses, c’est uniquement dans le cadre du blog, et je pense que si une blogueuse qui ne me connaît pas personnellement, venait à parler de moi, elle ne pourra pas dire grand chose, à part peut-être que je donne l’impression d’être froide (mais je vous rassure, ce n’est qu’une impression). Si j’ai adopté ce comportement, c’est pour une bonne raison : me protéger au maximum de tout le côté néfaste de cet univers qui s’est honteusement amplifié. Aujourd’hui, blogueuse ne rime plus avec blog, travail qualitatif et créativité, mais avec histoires, course aux followers, snobisme, opportunisme, diva, envie de toujours plus de produits et cadeaux juste pour le plaisir d’avoir plus qu’une autre, manque de respect, gamineries…ah et j’oubliais avec aussi télé-réalité (tout ce que je déteste).

Vous allez trouver mes mots durs, vous n’en avez pas l’habitude, mais il fallait que je vide mon sac, car franchement j’ai un gros ras-le-bol de tout ce qui se passe (même en ayant adopté ce comportement distant). Toute cette négativité fait que cela peut-être démotivant et peut même affecter le moral. Au delà du côté business (car oui c’est mon métier aussi), lorsque l’on a une éthique, une morale et que l’on fait du bon travail, c’est très dur d’évoluer aujourd’hui, dans ce milieu car ce n’est pas ce qui prime et on ne retiendra que l’image négatif du blogueur/influenceur.

Maintenant, je comprends mieux pourquoi certaines blogueuses ne viennent quasiment jamais aux événements. C’est tout de même triste, car c’est quand même sympas de rencontrer les équipes et de faire honneur à tout le travail réalisé par les agences de presse pour nous faire plaisir. Mais en même temps, quand l’ambiance est noire, quand une blogueuse te snobe parce que tu n’as pas assez de followers ou alors parce que tu représentes une menace/la concurrence, ou alors parce que je n’ai pas souhaité rentrer dans le moule du : tu me suis, je te suis, je parle de toi, tu parles de moi…

Certains pensent à tort que c’est un métier de rêve, parce que l’on reçoit beaucoup de produits, on participe à des événements exclusifs…mais dites vous que ce n’est pas ça qui me rend heureuse. Je vais être davantage excitée à l’idée de publier un article parce que je suis trop fière de mes photos, ou alors que j’ai trop hâte de partager ce contenu avec vous qui m’a pris du temps à réaliser. Ce qui me rend heureuse, c’est de parler avec des vrais personnes (même si c’est virtuel) et non à des robots et faux comptes sur Instagram (je me dis que c’est quand même malsain de répondre à des faux commentaires juste pour grossir le nombre sous sa photo insta)…enfin ce qui me rend heureuse c’est bien entendu tout ce qui touche à ma vie privée et que je ne souhaite pas partager.

Même si ce métier me permet de gagner ma vie, franchement je ne suis pas sûre de continuer ainsi (car même en me préservant, j’ai énormément de mal avec toutes ces personnes qui sabotent notre travail, qui trichent qui pourrissent l’image du blogueur).

Quand je vois que des blogueuses qui font un travail remarquable et qui ont su rester simples (oui, il y en a heureusement), sont affectées par tout ça, et bien forcément cela me peine et m’énerve. On verra comment les choses vont évoluer, mais j’ose croire qu’il y a un encore un petit espoir, que la roue tourne.

Désolée d’apporter cette touche un peu sombre sur le blog, je ne sais même pas si je vais laisser l’article, mais parfois ça fait du bien de montrer l’envers du décor et de mettre en évidence certaines pratiques (et encore ceci est une infime partie)…

10 Comments

  • Lili dit :

    Bonjour,

    j’avoue avoir découvert ton blog et ton instagram assez récemment (en fait je n’utilise vraiment instagram que depuis début d’année) et même si je ne suis pas une lectrice / « visionneuse insta » assidue, je me permets juste de réagir à ton article que je trouve 1/ très bien écrit 2/ très honnête et 3/ tristement réaliste.
    Je ne sais pas comment tu arrives à vivre de ton blog mais en tout cas cela me fait plaisir de lire quelqu’un qui n’est effectivement pas obnubilé par son image, ses followers, etc. Certaines blogueuses parmi les premières ont arrêté et je comprends que cela ne colle plus à leurs envies du moment. Quand on se lance, c’est aussi pour faire quelque chose que l’on aime, pas que cela devienne une corvée.
    Bref, pas de vrai message à te délivrer si ce n’est une pensée pour toi. Sur ce, je retourne travailler, c’était une bonne pause 🙂

    • Caroline dit :

      Merci pour ton retour, oui effectivement je trouve cela triste que certaines blogueuses qui faisaient cela par passion aient décidé d’arrêter à cause de toute cette tension et négativité. Je n’aime pas me plaindre et je ne souhaite pas déverser du négatif, surtout qu’en tant que lecteur vous n’avez pas à subir cela, vous venez avant tout pour vous détendre et trouver de l’information utile, mais je t’avoue que lorsque l’on arrive à saturation (et pourtant j’ai un seuil de tolérance élevé), il est important et juste d’exprimer ce que l’on ressent et surtout de dénoncer des choses qui nous empêchent d’avancer sereinement. Ce sentiment d’injustice est aussi omniprésent et c’est très frustrant. En espérant que tout ceci, finisse par évoluer positivement.

  • Hooo que j’aime ton article. J’ai commencé le blogging en 2008 (sous un autre nom, une autre époque). Gagner de l’argent avec un blog ou des vidéos étaient impensable.

    Aujourd’hui, c’est la course, celles des followers, des partenariats, voir de la « vie parfaite ». Je suis très très discrète sur ma vie privée (c’est surement pour cela que je suis moins « In ») mais c’est très bien ainsi. J’ai beaucoup de mal avec le coté « télé réalité » comme tu le dis si bien.

    Je ne pense pas m’arrêter de bloguer, je crois que c’est dans mon ADN, j’ai essayé d’arrêter mais j’y reviens toujours.

    Pour les event, je pense que cela dépend des régions. En Alsace, c’est bon enfant (dans la majeur partie du temps), pas de snobisme mais quelques « je parle par derrière tout de même » (comme partout).

    J’ai toujours un petit espoir que le Web revienne à la base, au partage et surtout je souhaite l’arrêt de la sur-enchère. C’est cela qui me dérange le plus, je crois.

    Bref, je pourrais écrire un roman sur le sujet =)

    PS : Au passage, je découvre ton petit univers. Bravo pour ton travail.

    • Caroline dit :

      Oui, je suis d’accord avec toi concernant les events. En lisant les différents commentaires et interactions sur les RS, j’ai l’impression que cette mauvaise ambiance est plus amplifiée sur Paris. Après heureusement, il y a des blogueuses parisiennes qui ont su rester simples. Merci en tout cas pour ton avis sur le sujet, je me sens moins seule à penser ça !

  • Hello 🙂 j’avoue que je découvre ton blog à l’instant en lisant cet article. J’ai créé mon blog il y a de ça trois ans mais je bosse « sérieusement » dessus depuis un an et demi. Le monde du digital me passionne, à tel point que je le lance dans des études supérieures dans ce milieu. Pour ma part, je suis assez distante de tout ça, et j’espère le rester. Je trouve ça un peu ridicule de toujours se comparer aux autres, même si c’est naturel. Cette envie d’afficher une vie parfaite où que ce soit, de partager tout son quotidien, ça me fatigue. Tu as raison, des fois ça prend un côté un peu trop « télé réalité ». Mais en attendant, n’oublions pas qu’il y a de très jolis blogs et de belles personnes encore à découvrir. En tout cas merci d’avoir remis les pendules à l’heure !

    À très vite,
    Bisettes

    Aurore / Au’riginalité du blog https://auriginalite.com

    • Caroline dit :

      Je suis entièrement d’accord avec toi, il y a de très jolis blogs, bien plus authentiques et hélas pas assez mis en avant. Au final ce sont des blogueuses que j’aimerai pouvoir croiser lors d’une occasion et un peu moins les nanas qui ne sont là que pour les mauvaises raisons. Enfin, dans mon article, comme tu le dis, j’avais besoin de remettre les pendules à l’heure, je ne dis pas que cela fera bouger les choses, mais même une petite prise de conscience peut faire avancer les choses. Bon week-end !

  • Hello ma belle, personnellement j’aime beaucoup ton article. Certes il change de ce que tu nous propose habituellement, mais justement je trouve qu’il incite plus à partager avec toi. Il faut dire que j’ai du mal à commenter les articles mode et beauté … 😀
    J’ai du mal à laisser des commentaires bateaux, types « très bon article », « merci de cet article qui me sera très utile », « très jolie tenue » … Même si c’est vrai. Mais on en voit tellement. Personnellement ce genre de commentaires me perturbe quand j’en reçois, je ne sais pas vraiment comment y répondre. Un simple merci ? J’étaye ? mais pourquoi … ?

    En tout cas, en ce qui concerne ton « coup de gueule » je le partage tout à fait 🙂 C’est d’ailleurs pour cela que je n’envisage pas d’en faire mon métier. Même si franchement j’aimerai vraiment pouvoir devenir journaliste en quelque sorte, c’était un de mes rêves quand j’étais petite. Mais je préfère me préserver un peu, de ce monde de rivalité malsaine …

    Je te souhaite bon courage, et j’espère que ton plaisir à bloguer reviendra. Et que ce mal, s’arrangera (même si ce n’est pas entre nos mains …)
    Passes un bon week-end
    Bisous ma belle.

    • Caroline dit :

      Merci Virginie, d’avoir pris le temps de commenter cet article. Je te rassure, je suis comme toi, je ne commente que rarement les articles mode, beauté… Je te rassure également, la situation actuelle ne m’enlève absolument pas le plaisir de bloguer car, j’essaie de prendre un maximum de recul, même si parfois, on ne peut pas se taire indéfiniment. Cela fait beaucoup de bien de pouvoir dire ouvertement ce qui peut nous torturer l’esprit, bien que j’essaie de ne faire que très rarement des articles humeur, car c’est quelque chose que je n’aime pas forcément écrire. Comme tout travail, il y a des choses qui nous révoltent, il faut faire avec, hélas ! J’espère que ton envie de devenir journaliste ou un métier qui s’en rapproche pourra se concrétiser ! Il ne faut pas mettre de côté ses rêves et encore moins à cause de la société ou d’autrui. Biz et bon week-end à toi aussi.

  • Coucou Caroline,

    Je prends le temps de lire ton billet humeur que j’ai vu passer sur les RS et comme je suis d’accord avec toi.
    J’en suis venue ces derniers mois à avoir une sorte d’aversion pour tout ça alors que j’adore l’idée du blogging, faire des photos et partager sur des sujets qui m’animent. D’ailleurs, cela fait 3 semaines que je fais une pause sur le blog et cela me fait beaucoup de bien.

    J’espère sincèrement qu’un équilibre se rétablira mais comme pour beaucoup de domaine, je pense qu’il y a une grosse hypocrisie. On sait que ça triche mais au lieu de renouveler le pool et d’avoir comme ligne de conduite le fair play et la qualité, bah pour le moment…on ne le voit pas.
    Perso, je vais reprendre la création de contenu sûrement aux alentours 15 août et continuer à faire ça dans mon petit coin, mon petit monde bisounours…lol

    Bisous

    • Caroline dit :

      Cet article coup de gueule, m’a permis de faire le point et d’exprimer haut et fort ce que je pouvais penser. Aujourd’hui, beaucoup de choses vont changer par rapport à cet univers, mon exigence va également encore plus s’amplifier. J’aimerai surtout que lorsque l’on parle d’un blogueur c’est pour sa plume, sa créativité et la qualité de son travail et non pour les histoires et autres gamineries. Le ras le bol vient de là surtout…mais je suis sûre qu’avec le temps, un tri naturel se fera !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *